AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RAYMOND DOMENECH : « Je suis un esclavagiste »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
d3w
Jersey Out
Jersey Out


Masculin Nombre de messages : 2195
Age : 24
Team(s) Préféré(s) : Miami Heat
Joueur(s) préféré(s) : Dwyane Wade
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: RAYMOND DOMENECH : « Je suis un esclavagiste »   29.08.06 19:15

Volontairement provocateur, Raymond Domenech est revenu mardi à Clairefontaine sur la sélection de Claude Makelele. En réponse aux attaques de Mourinho, le sélectionneur s’est comparé à un esclavagiste.



Raymond Domenech, après Arsène Wenger qui avait critiqué votre utilisation de Thierry Henry lors de la rencontre en Bosnie, c’est José Mourinho qui s’en est pris à vous au sujet de Claude Makelele …
Ce n’est pas nouveau. Je me souviens notamment des matchs en Australie et en Martinique. Le vrai problème relève plus de la multiplication des matchs. Il y a plus de rencontres à caler et moins de semaines. Les clubs peuvent interdire aux joueurs de se rendre aux rassemblements mais la loi est de notre côté.

Que pensez-vous de la position des clubs ?
Je comprends les entraîneurs qui disent qu’il y a trop de matchs. Mais c’est toujours imputable aux sélections. Pourtant, il y a certainement moins de matchs avec les équipes nationales que par le passé. L’augmentation des matchs vient des clubs. Il y a deux ans, Chelsea a joué près de 75 matchs.

Comment alléger le calendrier ?
Je suis pour faire plusieurs niveaux comme dans certains sports, notamment le tennis. Certains pays comme le Liechtenstein ou Saint Marin pourraient jouer une première poule avant d’affronter les autres équipes. J’ai préféré choisir ces exemples et ne pas citer les équipes de notre groupe. On ne sait pas ce qui peut nous arriver.

Et concernant le conflit avec les clubs ?
Le problème, c’est le conflit entre la sélection et les clubs. Ce n’est pas Claude Makelele. C’est une lutte permanente des clubs pour réduire le prêt des joueurs aux équipes nationales. Tant que ce problème n’est pas réglé, nous aurons toujours ce genre de conflit. (Il hausse le ton) Dépassons le cas de ce joueur et penchons nous sur ce dossier. Ça fait deux ans que je dis que tant que nous n’aurons pas réglé ce problème, nous n’avancerons pas. A terme, si les joueurs entendent tous les jours le discours de leur club - « Reste avec nous, la sélection, on s'en tape » - nous courons à la mort des sélections.

« Il y a des moments où il faut savoir ne rien dire »

Etes-vous pour dédommager les clubs ?
Je suis partisan pour que les Fédérations payent les clubs en cas de sélection. A condition qu’en contrepartie, les Fédérations reçoivent 50% du montant du transfert du joueur. Car c’est grâce à l’équipe de France qu’il a acquis sa notoriété. Il n’y a qu’à voir la différence entre les prix des joueurs avant et après la Coupe du Monde. La valeur dépend des sélections et il y a un équilibre à trouver.

Que pensez-vous de l’expression de Mourinho : « Makelele est un esclave » ?
L’énormité de ces propos suffit comme réponse.

Et que dit le joueur ?
Il y a des moments où il faut savoir ne rien dire. Claude est coincé entre les deux et n’a rien à dire. Il subit son club et la sélection. Moi, j’ai le fouet et je suis un esclavagiste. Chelsea a d’autres arguments.

Lesquels ?
Tous les jours, ils l’ont sous la main. C’est notamment eux qui lui donnent son maillot. Sinon, il jouerait torse nu. A partir de là, on ne peut pas aller plus loin. Le débat est clos.

« Il y a deux ans, ce n’était pas adapté »

Vous êtes-vous entretenu avec Makelele ?
Oui. Je lui ai demandé à quelle heure il arrivait. Il n’y a pas de rapport de force avec les esclaves. Je suis le maître et j’ai le fouet. Il n’y a pas de chantage ou de négociation à faire. Un joueur performant vient sinon, il ne joue plus en club.

Mais a-t-il envie de revenir ?
Tout le monde a envie de venir en équipe de France. D’ailleurs, si je pouvais me sélectionner, je le ferais. S’il est aussi motivé que lors de la Coupe du Monde, ça m’ira. Un joueur aussi impressionnant doit avoir envie de rester. De mon côté, je me demande juste si c’est bien pour l’équipe de France. La réponse est oui donc je le sélectionne. Je ne connais pas de joueurs qui viennent en traînant les pieds.

Pourquoi ne pas avoir fait la même chose il y a deux ans avec Thuram, Makelele et Zidane ?
Il y a des moments où c’est possible et des moments où ça ne l’est pas. Il y a deux ans, ce n’était pas adapté. Nous sortions d’un Euro difficile. Là, nous venons de jouer une finale de Coupe du Monde. Les gens, le contexte, la psychologie, tout a changé. Je choisis et je décide. C’est mon rôle et je l’assume.

Dans un monde de plus en plus dominé par l’argent, vous apparaissez comme un défenseur du patriotisme…
Je suis un idéaliste. On a pu voir pendant la Coupe du Monde que c’était important pour les gens de nous soutenir. Ils l’ont prouvé et nous devons avoir de la considération pour eux.

« Je vais appeler Giresse »

Parlons maintenant du match en Géorgie. Leur victoire aux Iles Féroé (6-0) vous a-t-elle surpris ?
Je ne suis pas surpris : je suis inquiet. La dernière fois que nous nous sommes imposés 6-0, c’était contre Malte à Lens en 2003. Ce n’est pas évident de s’imposer sur le terrain des Iles Féroé. Nous l’avons vu.

Vous attendez-vous à un groupe aussi difficile que celui pour la Coupe du Monde ?
Pire car le dernier match est en Ukraine en octobre, là où les terrains sont impraticables. Encore une fois, c’est un problème de calendrier. Il faudra prendre un maximum de points pour ne dépendre que de nous. C’est notre force. A aucun moment nous avons été dépendants des autres.

Avez-vous étudié son jeu ?
J’ai commencé à regarder leurs matchs. Nous connaissons le contexte de la rencontre. Il va faire chaud et nous allons jouer devant 56 000 personnes. Ça sent le piège. Nous allons affronter une équipe qui joue, qui n’a pas peur et qui n’a rien à perdre contre nous.

Avez-vous appelé Alain Giresse, ancien sélectionneur de la Géorgie ?
Pas encore mais je vais le faire.

Certains joueurs n’ont pas repris avec leur club. Est-ce un problème ?
Pour le moment, ce n’est pas encore un problème mais ça peut le devenir. Si ça dure trois mois, ça deviendra plus problématique. Certains joueurs s’adaptent plus vite que d’autres. On gérera.


Source : football365.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://d3wade.deviantart.com
le togolais
Jersey Out
Jersey Out


Masculin Nombre de messages : 2025
Age : 24
Team(s) Préféré(s) : Chicago Bulls , Orlando Magic
Joueur(s) préféré(s) : dwight howard , luol deng
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: RAYMOND DOMENECH : « Je suis un esclavagiste »   29.08.06 19:45

pff c'est quand qu'il se fait viré domenech ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nbanews.skyblog.com
 
RAYMOND DOMENECH : « Je suis un esclavagiste »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» raymond domenech
» Raymond Domenech de passage à Clermont-Ferrand
» cougartvtt (Raymond)
» [Topic Unique Football] EDF : EURO 2012!
» Pour sauver l'EdF... le "Raymond Domenech-thon"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NBA Family :: Communauté :: Autres sports :: Football-
Sauter vers: